Historique

Première impulsion

En 1972, les paroisses protestantes mandatent un travailleur social, M. Péclard qui réalise une étude de laquelle apparaît le constat suivant :

Aucun centre de loisirs n’existe pour les jeunes francophones de Bienne

L’offre faite pour les différents mouvements de jeunesse (scouts, groupes d’église, clubs sportifs) et les offres commerciales comme bars, salons de jeux, cinémas, etc, ne répond pas à tous les besoins

Quelques dates

À l’initiative de la Paroisse Réformée Évangélique, le Bureau Information Jeunesse est créé. Ceci représente l’origine de la Villa Ritter.

L’association « Centre Animation Jeunesse (CAJ) » est fondée et s’établit à la Villa Fantaisie, rue Alex.-Schöni. Destiné aux jeunes francophones, le CAJ est également soutenu par la Paroisse catholique-romaine, ainsi que par la Paroisse catholique-chrétienne (cette dernière jusqu’en 1995).

L’association « Centre Animation Jeunesse (CAJ) » est fondée et s’établit à la Villa Fantaisie, rue Alex.-Schöni. Destiné aux jeunes francophones, le CAJ est également soutenu par la Paroisse catholique-romaine, ainsi que par la Paroisse catholique-chrétienne (cette dernière jusqu’en 1995).

Le CAJ déménage à la Villa Ritter, au Faubourg du Jura 36.

La ville de Bienne entre dans la convention de financement.

Deux animateurs et praticiens formateurs, Charles Schaller et Michel Oeuvray, entrent en fonction. Ils resteront à la Villa 26 ans pour le premier et 21 ans pour le second.

L’association acquiert l’immeuble et le terrain.

L’association crée une fondation et lui cède ses biens dans le but de protéger les intérêts du centre de jeunes. Dès ce moment, l’association devient locataire de la fondation.

Ladémolition de l’ancienne Villa Ritter ainsi que les
travaux de construction du nouveau bâtiment. L’association « Centre
Animation Jeunesse » devient l’association « Villa Ritter ».

Le nouveau bâtiment est inauguré.

Quelques actions significatives

 

En 1977 l’équipe du CAJ crée “Pod Ring”: un temps d’animation au coeur de la vieille ville réunissant les vacanciers de juillet étant restés à Bienne. Concerts de groupes de la région, animations pour les enfants, guinguettes de tout genre rassemblant les Biennois de tous horizons durant plusieurs jours. Actuellement cette manifestation a toujours lieu en juillet mais sous la direction d’autres instances.

En 1978 une équipe de jeunes du CAJ crée le Folk-Club, association ouvert à tous ayant pour but l’organisation de spectacles, concerts, stages et ateliers. Elle encourageait  ainsi les groupes de jeunes musiciens à se rencontrer et leur permettait de se produire.

En 1986, des jeunes fréquentant la Villa avaient formé la clique de carnaval « Bidons clique » constituée de percussionnistes en tout genre. Ces jeunes créaient eux-mêmes leurs costumes dans l’atelier de couture de la Villa et ont reçu différents prix pour leurs prestations.

De 1989 à 1992, des jeunes de la Villa ont réalisé un journal bimestriel : « L’Affiche ». Ils écrivaient des articles sur le mouvement Hip Hop, sa musique, les « graffs », etc. Ce journal comptait environ 400 abonnés. Il a été remarqué et cité plusieurs fois dans divers ouvrages.

À plusieurs reprises la Villa organise et accueille les « Passeports vacances » soutenus par la Ville de Bienne.

La Villa a contribué aux prémisses du « SEMO », semestre de motivation à Bienne.

En 2002, la Villa Ritter gagne le prix jeunesse OFCOM (Office Fédérale de la Communication) d’une valeur de 20’000 CHF avec le projet « j’ai un ordi dans la tête », ce prix a été remis par Moritz Leuenberger.

De 2002 à 2004, la Villa a réalisé un CD sur le thème du racisme. Soumis à la Commission fédérale contre le racisme, ce projet a reçu son aval et a été soutenu financièrement par la Confédération.

En 2014, organisation de « SEXPO », une exposition d’une semaine sur les thèmes Amour, Sexualité et Contraception. En collaboration avec le Planning familial, Aide SIDA Berne et Jeunesse et Loisirs.

En 2016, organisation de « Abraham », une exposition d’une semaine qui tente de mettre en évidence les points communs entre les trois religions monothéistes.

En 2018, organisation de « Question d’Amour », une exposition d’une semaine sur les questions de genres et des orientations sexuelles.

En 2021, organisation de « #H autour du harcèlement ». Une exposition d’une semaine sur le harcèlement, ses différents types, ses conséquences et les outils pour en sortir.

La Villa Ritter organise chaque année depuis 2009 un « battle » de breakdance. À partir de 2019, « la battle » est remplacé par la « SolidaRitter », fête destinée à un public plus familial.